Sports

Alain Oumbléon (entraîneur du Séwé) : " Nous rêvons d’être Africains "

Article Sports  |  Posté le : 07 Novembre 2017 à 09:06:32  |   Pays : Côte d'Ivoire     

​Comment avez-vous accueilli le match nul (1-1) contre l’Africa ?
C’est un résultat mitigé. Il y a d’abord de la satisfaction, parce que nous stoppons l’hémorragie. Nous avons pris un départ cauchemardesque. Dans ma carrière, cela ne m’étais jamais arrivé. Il était important pour nous que nous prenions au moins un point. C’est pour cela que vous nous avez vus évoluer dans un registre qui ne nous est pas habituel. Ce point a été arraché de haute lutte à un leader de qualité. Je suis, par ailleurs, un peu déçu. Parce que l’égalisation est arrivée sur un fait de jeu. Il faut que nous arrivions à trouver un compromis entre ce que nous avons montré lors des premières journées, à savoir développer un football de qualité, sans réalisme défensif et arriver à trouver cet équilibre entre ce réalisme offensif et cette solidité défensive.

Pensez-vous avoir l’effectif pour réaliser votre projet ?
J’ai un effectif de qualité. Des joueurs d’un très bon état d’esprit, mais nous avons besoin de temps. Je suis arrivé sur le tard et il n’y a pas de magie au football. Il n’y a que le travail et je crois en cette vertu. Je suis passé dans plusieurs pays autour de la Côte d’Ivoire, je n’avais jamais imaginé que je prendrai un club ici. J’ai un effectif qui est valable, je ne m’en plains pas. Ils sont jeunes, ils découvrent, comme moi, pour certains, la Ligue1 de Côte d’Ivoire.

Quel jugement portez-vous sur le championnat ivoirien que vous découvrez ?
Après quatre journées, je constate que c’est un football qui est très bien organisé. Les équipes sont très bien organisées défensivement. Au niveau de l’organisation, la programmation est excellente. C’est un bon championnat et c’est une bonne surprise pour moi. Je suis fier de revenir au pays et de faire partie du grand cercle footballistique ivoirien.

Quels sont les objectifs qui vous ont été fixés par les dirigeants du Séwé ?
Quels que soient les objectifs qu’on me fixe, je vise toujours le niveau le plus élevé. Je n’ai pas de limite. Quand je suis arrivé au Coton Sport, j’ai dit aux joueurs que je suis venu pour gagner la Ligue des champions, ils n’y croyaient pas. Nous sommes pourtant arrivés en finale. Ici, je refuse de m’étaler. Je parle à mes joueurs. Je leur dis ce que je suis venu chercher. Si on me donne vraiment le temps, je promets qu’avec ces garçons-là, on peut rêver d’être africain. Avez-vous un défi personnel à relever en venant en Côte d’Ivoire ?
Le Séwé avait besoin d’un entraîneur. Il préférait un entraîneur local et moi je souhaitais depuis de longues années avoir l’opportunité de travailler dans mon pays. Je suis un entraîneur très ambitieux. Je ne me donne pas de limite. Aujourd’hui, je suis avec le Séwé, j’aimerais atteindre les sommets avec ce club. Je dis souvent aux joueurs qu’il n’y a pas plus grande fierté que de défendre les couleurs de son pays. Pour moi également, ce sera une joie de défendre les couleurs de mon pays en Coupe d’Afrique en tant qu’entraîneur avec l’équipe nationale. Interview réalisée par
Céleste Kolia

Source : fratmat.info