Economie

Second Compact au Burkina : L’accent sera sur une énergie qualitative et moins coûteuse

Article Economie  |  Posté le : 06 Juin 2018 à 10:57:58  |   Pays : Côte d'Ivoire     

​Ouagadougou - L’Unité de coordination de la formulation du second Compact du Burkina Faso (UCF-Burkina) a procédé mardi, à la validation des documents de projets pour permettre aux Burkinabè d’accéder à une énergie de qualité et moins coûteuse.

Le ministre de l’Energie, Bachir Ismaël Ouédraogo a indiqué mardi matin, que lors de la formulation du second Compact au Burkina, deux difficultés majeures ont été relevées à savoir, l’insuffisance/ou la mauvaise qualité de l’énergie, son coût élevé ainsi qu’une manque de main d’œuvre qualifiée.

Il a expliqué que la fourniture de l’électricité est aussi confrontée à d’énormes problèmes au Burkina Faso, d’où la volonté du gouvernement de transformer le secteur pour le rendre plus accessible aux populations.

«Nous avons souhaité que les investissements du second compact soient plus orientés dans le domaine de l’électricité », a soutenu M. Ouédraogo qui s’exprimait lors d’un atelier de validation des documents des projets du second Compact.

Bachir Ismaël Ouédraogo a souligné que selon les dernières statistiques, le taux d’accès à l’électricité est de 24% pour les ménages dont 3% en milieu rural, 6% pour les micros et petites entreprises non agricoles et 12,5% pour les industries minières.

Poursuivant ses explications, il a signifié que la qualité de la fourniture d’électricité demeure toujours en deçà des attentes souhaitées.

A l’en croire, ce déficit empêche l’éclosion du tissu économique productif, générant une faible efficacité des structures socio-éducatives et annulant les efforts du gouvernement et de ses partenaires dans l’amélioration des conditions de vie des populations.

Le ministre Ouédraogo a dit qu’au regard du retard accusé sur la question, l’Etat a décidé pour ce second compact de mettre le focus sur le domaine de l’électricité et ses problèmes connexes de qualification de la main d’œuvre.

De son avis, les propositions de projets qui vont être examinées concernent ‘’le projet de renforcement de l’efficacité de l’électricité’’, ‘’le projet d’accroissement de l’offre de l’électricité moins coûteuse’’ et ‘’le projet Réseaux et Accès à l’électricité’’.

«Après cet atelier, le processus de formulation du second compact entrera dans sa quatrième phase consacrée aux études de faisabilités des projets y compris des études d’impact environnemental et social » a-t-il confié.

Le coordonnateur de L’Unité de coordination de la formulation du second Compact du Burkina Faso (UCF-Burkina), Samuel Tambi Kaboré a pour sa part, signifié que le second compact a pour objectif d’accroître, de faciliter l’accès et l’utilisation productive de l’électricité.

M. Kaboré a souligné que les conditions d’éligibilité du projet, sont entre autres, la rentabilité économique, l’amélioration des conditions de vie des populations.

En rappel, le premier Compact financé par les Etats-Unis entre 2009 et 2014 à hauteur de 240 milliards de FCFA, visait à réduire la pauvreté au Burkina Faso à travers la sécurisation foncière, le développement de l’agriculture, le désenclavement et l’éducation des jeunes filles.

C’est en décembre 2016 que les Etats-Unis ont annoncé un second Compact pour le Burkina Faso mais le montant n’a pas encore été dévoilé.

Agence d’Information du Burkina

Source : AIB