Sports

Le Rugby Club de Yopougon au firmament de la balle ovale ivoirienne

Article Sports  |  Posté le : 11 Avril 2019 à 08:49:25  |   Pays : Côte d'Ivoire     

​Le championnat national de rugby de la saison 2018-2019 a pris fin, le 6 avril avec le sacre pour la deuxième année consécutive, de la formation du Rugby Club de Yopougon (RCY). Focus sur ce club au sommet de la balle ovale ivoirienne.

En six ans d’existence, le Rugby club de Yopougon créé en 2013, sur les cendres de Paya rugby club, est une jeune formation aux dents longues. Après deux finales perdues en 2016 et 2017 face à l’ogre Treichville Biafra Olympique (TBO), huit fois champion de Côte d’Ivoire, le club du président Roger Bini s’est forgé une âme de conquérant pour être au firmament du rugby en Côte d’Ivoire.

« Les débuts n’ont pas été faciles. Après une expérience de dirigeant au Paya rugby club aux côtés du président Oura Eric, des amis et moi unis par la passion de ce sport avons créé le RCY après la crise postélectorale pour sortir les jeunes de Yopougon de l’oisiveté et les occuper sainement », relate le président Roger Bini.

Sans grands moyens, Roger Bini et ses amis tiennent un langage de vérité aux joueurs et à l’encadrement technique. « Nous leur avons dit que c’est ensemble que nous allons construire ce club pour avancer ensemble », souligne-t-il.Pour M. Bini, derrière la passion du rugby, se cache une philosophie. 



Celle qui a « pour premier principe d’avancer. La vie est collée au rugby et comme on le dit l’école de rugby c’est l’école de la vie. Dans la vie, il faut avancer et au rugby, on avance avec un soutien. Le rugby a un esprit de famille, un esprit de rassemblement et de partage », explique-t-il sa passion pour ce sport.

A côté de la passion, quand on dispose de partenaires prêts à donner le coup de pouce nécessaire au club pour son éclosion, les résultats ne peuvent que suivre. 

« Rugby club de Yopougon est reconnaissant à M. Jérôme Meplon, directeur général de Sonaco qui nous a offert des jeux de maillots à nos débuts et au directeur général sortant de Carrefour, M. Jean Paul Denoix qui est constamment à nos côtés partout », remercie Roger Bini. Pour ce jeune président (à peine la quarantaine), l’apport de ces deux partenaires a été bénéfique aux joueurs et au club. 

« Nous avions un projet social pour nos joueurs que M. Denoix a approuvé. Grâce à ce projet, Carrefour a engagé 16 de nos joueurs à travailler dans cette entreprise. Débarrassés de soucis de tous ordres, ils donnent le meilleur d’eux-mêmes sur le terrain », se félicite M. Bini.

Sur le terrain donc, RCY plane sur la compétition par le talent et la fougue de ses joueurs avant de surclasser en finale, de la Ligue ivoire rugby (LIR), le championnat national de rugby à XV, Ta Rugby club de Koumassi (15-8) le 6 avril au terme d’une rencontre à sens unique. C’est le deuxième sacre d’affilée de la bande à Bini.


Après ce double sacre national, la conquête de l’Afrique est désormais dans l’objectif du RCY. « L’année dernière, faute de moyens, nous n’avons pas participé à la coupe d’Afrique des clubs qui regroupe tous les ans, les clubs champions de l’Afrique de l’Ouest au Burkina. Nous espérons que cette année, nous serons à Ouagadougou en décembre pour participer à cette compétition », projette-t-il.

En attendant cette échéance pour représenter la Côte d’ivoire, le président Bini Roger lance un appel aux autorités municipales de Yopougon pour un « appui. Aujourd’hui, le RCY regorge toutes les catégories. Des U10 aux séniors. Nous portons haut le fanion de la commune. Aussi, sollicitons-nous l’appui de la municipalité pour glaner encore des lauriers qui feront la fierté de la commune », plaide M. Bini

« C’est un projet social pour aider les jeunes défavorisés de Yopougon. Certes les partenaires nous aident selon leurs moyens pour entretenir ces jeunes mais l’accompagnement de la mairie ne serait pas négligeable», indique-t-tl en concluant que « le rugby est un sport de gentleman qui vit avec ses règles. Contrairement aux clichés négatifs qu’on colle à ce sport taxé de violent ».

Source : APA