Entrepreneuriat

Développement économique et social : Les entreprises invitées à se tourner vers l’entrepreneuriat inclusif

Article Entrepreneuriat  |  Posté le : 14 Octobre 2019 à 11:41:50  |   Pays : Côte d'Ivoire     

​La maison de l’entreprise au Plateau (siège du Patronat Ndlr) a abrité, du 8 au 10 octobre, la 11e conférence Meide (Modèles d’innovation et de développement basés sur les résultats probants, Ndlr) qui a porté sur la thématique de l’innovation suivie de la conférence de clôture du projet « Inclusion économique des jeunes et des femmes par l’entrepreneuriat inclusif : cas de la Côte d’Ivoire, du Burkina Faso et du Kenya ».
Elles ont été organisées par la Cellule d’analyse de politique économique du Centre ivoirien de recherche économique et sociales (Capec-Cires) avec l’appui de l’Université des Unions unies aux Pays-Bas, le Laboratoire d’analyse quantitative appliquée au développement du Sahel (Laqad-S) de l’université de Ouaga 2 et l’Institut kényan de recherche et d’analyse des politiques publiques (Kippra), avec l’appui financier du Centre de recherches pour le développement international (Crdi). 

L’objectif de ces deux conférences de haut niveau, qui ont été ouvertes par le ministre du Commerce et de l’Industrie, Souleymane Diarrassouba, est de contribuer dans un premier temps à une meilleure compréhension des facteurs explicatifs et des effets de l’innovation et dans un second temps à la maîtrise des déterminants et des impacts de l’entrepreneuriat inclusif.
Après les trois jours de travaux, les chercheurs, doctorants et tous les autres participants ont formulé plusieurs recommandations. D’abord que l’innovation soit constante dans les modes organisationnelles, de vie et de production. Pour le Pr Alban Ahouré, directeur de la Capec-Cires, « c’est le gage du développement ».

Aussi, a-t-il été recommandé aux entreprises, tout en restant focalisées que la recherche de profit, de contribuer à la réduction de la pauvreté et à travers les nouveaux modèles d’affaires plus connus sous le concept de l’entrepreneuriat inclusif. « Nous avons collecté des données auprès d’un échantillon très représentatif et voir comment ce modèle d’affaire peut aider. Et nos résultats, que ce soit en Côte d’Ivoire, au Kenya ou au Burkina Faso, montrent bien que ce modèle peut avoir un effet sur la réduction de la pauvreté », a argué le Pr Alban Ahouré.

L’entrepreneuriat inclusif se définit comme un modèle d’affaire dans lequel l’entreprise intègre dans sa chaine de production des personnes au bas niveau de l’échelle.
Prononçant le discours de clôture de la conférence, la Pr. Ly-Ramata Bakayoko, ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, a rappelé que « l’autonomisation des femmes et l’emploi des jeunes font partie des priorités du Programme social du Gouvernement (Ps Gouv 2019-2020) ». 

Et d’en déduire : « chers collègues chercheurs, convenez avec moi que vos travaux intéressent mon département au plus haut point (…) Je reste en attente des conclusions sous forme de documents de politiques, pour ce qui concerne les analyses faites sur le genre, les femmes, la famille et les enfants ».

Source : fratmat.info