Economie

Dette intérieure : l’Etat décaisse plus de 139 milliards FCFA pour le compte des fournisseurs

Article Economie  |  Posté le : 11 Mai 2020 à 10:29:26  |   Pays : Côte d'Ivoire     

​Les entreprises des secteurs sinistrés du fait de la crise du Covid-19 bénéficient depuis quelques temps d’un appui de l’Etat concernant le règlement de la dette intérieure, avec un privilège accordé à celles disposant de factures inférieures à 100 millions FCFA en vue d’atteindre le maximum d’entreprises en particulier les PME et les TPE.

La réunion du Comité Paritaire Technique (CPT / Covid-19), tenue le vendredi 8 mai au 20ème étage de l’immeuble SCIAM a permis de faire un point détaillé sur cette manne financière. Le Payeur Général des Services Généraux des Administrations Publiques (PGSGAP), Monsieur Traoré Zoumana, de la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique (DGTCP) est venu apporter ce message de soulagement au Secteur Privé en donnant la situation des paiements qui ont été effectués au bénéfice des fournisseurs de l’Etat. « Au mois d’Avril, il a été décaissé la somme de 76, 100 milliards FCFA qui se décompose comme suit : 31, 8 milliards FCFA pour les fournisseurs de l’Etat et ses démembrements dont les montants sont inférieurs à 100 millions FCFA comme indiqué par le Premier Ministre. 22 milliards FCFA ont été décaissés pour la dette école. 22, 3 milliards ont été également décaissés pour les fournisseurs dont la créance est supérieure à 100 millions FCFA. Pour le mois de mai, l’opération a débuté le jeudi 7 mai et se poursuit. A ce jour, il a été décaissé la somme de 63 milliards FCFA qui se décompose comme suit : 32, 71 milliards FCFA pour les fournisseurs de l’Etat et ses démembrements et 30,84 milliards pour la dette école », a-t-il précisé.
Le montant cumulé des décaissements pour les mois d’avril et de mai 2020 s’élève à ce jour à 139,100 milliards FCFA. Il convient de préciser que de ce montant, 22,3 milliards FCFA ont aussi été décaissés pour les fournisseurs dont les factures sont supérieures à 100 millions FCFA. Un effort particulier a aussi été fait en faveur de l’apurement de la dette. Autant de points positifs qui ont été portés à la connaissance de tous les acteurs du secteur privé et de l’administration présents dans le cadre de cette réunion de crise. 

Plusieurs points étaient inscrits à l’ordre du jour de cette rencontre. Le point 4 qui a retenu l’essentiel des échanges, a porté sur la synthèse des requêtes de la Cellule de Veille et d’Information Economique (CVIE/COVID-19), sur la période du 31 mars au 5 mai 2020. Il en ressort que ce sont au total 57 requérants composés de 50 entreprises et 7 organisations qui ont émis un total de 116 préoccupations. 

Lors de la précédente synthèse du CVIE/COVID-19, le 24 avril dernier, le nombre de requérants s’élevait à 33 dont 29 entreprises et 7 organisations pour 84 préoccupations. 
L’analyse de la typologie des besoins montre clairement que les entreprises ont de réelles attentes en termes de besoin de financement. Il faut comprendre à travers cela, une réelle demande en termes d’appuis financiers ainsi que de garanties bancaires. Suivent la question des charges fiscales et sociales ainsi que celles portant sur le loyer, l’électricité et l’eau. 
Ces préoccupations émanent prioritairement des secteurs du commerce, des services, du tourisme, du BTP et des transports. 

Au cours de cette 3ème réunion du CPT/ Covid-19, un point a été fait sur les requêtes transmises par les entreprises en rapport avec la crise sanitaire et examinées au sein des différentes administrations publiques. L’essentiel des attentes se résume dans la célérité souhaitée pour la mise en place effective des différents fonds d’appui. A savoir, le Fonds de Solidarité, des Grandes entreprises, des PME et celui du Secteur informel. 
La prochaine réunion du CPT/ Covid-19 est prévue pour le 15 mai prochain. 

Source : abidjan.net