Economie

Côte d’Ivoire-Zone industrielle de Koumassi : le Ministre Souleymane Diarrassouba constate les efforts de MIB et MIBEM dans le respect des normes de salubrité et d’hygiène

Article Economie  |  Posté le : 31 Janvier 2019 à 08:02:30  |   Pays : Côte d'Ivoire     

​20 jours après la suspension des activités des sociétés MIB et MIBEM, fabricant le vin et la sangria de marque commerciale ‘’Château de France’’ et la liqueur de marque commerciale ‘’Calao’’, ‘’Lord Jack’’ et ‘’Pastis de Marseille 45’’, le Ministre du Commerce, de l’Industrie et de la Promotion des PME, Souleymane Diarrassouba, y a effectué une visite de terrain, dans l’après-midi du mercredi 30 janvier 2019.
L’objectif était clair : se rendre compte si les différents manquements au niveau de la salubrité et de l’hygiène avaient été corrigés. « Nous venons de constater, de visu, que le nécessaire a été fait. Je voudrais saluer tous les collaborateurs qui sont intervenus au niveau du comité interministériel et saluer les efforts consentis par les dirigeants de MIB et de MIBEM qui ont désormais des installations qui respectent les normes en matière d’hygiène et de salubrité », a indiqué l’hôte de marque, au terme d’une visite guidée qui l’a conduit dans tous les services, voire les toilettes et les vestiaires de ces deux sociétés.

La satisfaction du Ministre en charge de l’Industrie est d’autant grande, que les travaux de correction contribueront à permettre à ces sociétés de poursuivre leurs activités sans difficultés et de préserver les emplois qui, selon lui, se chiffrent à 200 emplois directs. Il a fait la promesse de faire fidèlement le compte rendu au gouvernement, notamment à Monsieur le Premier ministre. « Je pense qu’incessamment, des décisions seront prises pour que ces sociétés puissent reprendre leurs activités en toute tranquillité, pour le bonheur des consommateurs », a rassuré le Ministre Souleymane Diarrassouba.

Puis, d’ajouter qu’après avoir fait des prélèvements du vin, de la sangria, et de l’alcool de bouche, aussi bien au niveau des installations des sociétés, qu’au niveau des produits déjà sur le marché, qui ont fait l’objet de trois analyses contradictoires, par deux laboratoires publics, dont le laboratoire national de santé publique, le Lanema et par un privé, le laboratoire Anval, il n’y avait aucun risque sanitaire lié à la consommation de ces produits.

Martelant que la qualité et les normes d’hygiène et de salubrité ne sont pas négociables, il a lancé un appel à l’ensemble aux opérateurs de l’agro-industrie et de l’industrie alimentaire, afin que les normes de salubrité, d’hygiène et les normes de conformité soient observées par toutes les entreprises. « Le Conseil des Ministres a demandé au comité interministériel mis en place, de pouvoir faire les inspections de toutes ces entités sur l’ensemble du territoire. Nous souhaitons qu’au terme de ces enquêtes, les résultats soient favorables, sinon elles seront toutes soumises à la rigueur de la loi », a-t-il fait remarquer. 

Pour lui, cette visite de terrain s’inscrit certes dans le vaste programme de contrôle et d’inspection des usines de fabrication de produits alimentaires, mais elle est aussi l’occasion d’inviter l’ensemble de la population à dénoncer les manquements observés. Ainsi, selon lui, sur la base de sa force régalienne, l’Etat essaiera de mettre les choses à niveau. « Il est important que les informations nous soient remontées. Toutefois, nous n’encourageons pas la délation », a encouragé le Ministre Souleymane Diarrassouba.

Le faisant, il indique matérialiser le vœu du Président de la République qui demande aux autorités d’être toujours avec la population, du côté des consommateurs. « Et nous suivons à la lettre ses instructions pour que la protection des consommateurs soit mise en priorité, de sorte qu’ils sachent que le gouvernement est à leur côté », a-t-il soutenu.

Source : Ministères