Blog Fatom

Compte Rendu de la séance de travail entre la Fondation ATEF OMAÏS (FATOM) et le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA)

Article Blog Fatom  |  Posté le : 03 Octobre 2019 à 11:14:11  |   Pays : Côte d'Ivoire     

​Le mercredi 28 août 2019, s’est ténue une rencontre entre la Fondation ATEF OMAÏS (FATOM) et le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) en présence de représentants de ces deux institutions à savoir : i) la délégation de la FATOM composée de : M. Philippe Delanne (Vice-Président de la FATOM), M. Ramzi OMAÏS (Secrétaire Général de la FATOM) et M. Hervé BANGA (Secrétaire Exécutif de la FATOM)  et; ii) la délégation de l’UNFPA composée de : M. Caspar PEEK (Représentant résident), Pr. Vyanka Dondera (Directeur de la Santé de la Reproduction) Dr Bilé (Chargé de Programme Fistules).
Les échanges ont porté sur le partenariat liant nos deux institutions. 
La nomination d’un nouveau Représentant de l’UNFPA a donné l’occasion de faire le bilan des actions qui nous lient depuis 10 ans et de poser les bases d’une nouvelle collaboration en raison des perspectives visant à l’élaboration d’un nouveau programme-pays de l’UNFPA. 
Dans leur intervention, les représentants de la FATOM ont salué l’initiative de cette rencontre et rappelé à la délégation de l’UNFPA : 
i) les actions entreprises conjointement par la FATOM et l’UNFPA qui ont conduit à la : 
•    Construction/ réhabilitation et à l’équipement de douze (12) maternités en Côte d’Ivoire (Broudoumé, Guibéroua, Kanzra, Sokoura, Abobo-Doumé, l’Hôpital Général de Bingerville, Assinie-France, Koumassi-Divo, Koumassi Grand Campement, Marcory Anoumabo, Hôpital Général d’Issia et le service de Gynéco du CHU de Treichville) et une (1) au Bénin (la maternité de Hèkanmê à Cotonou), le tout pour un investissement global de 503 573 833 FCFA (soit 861 546 dollars US avec 1 dollar US=584 FCFA) ; 
•    Signature d’un accord de partenariat stratégique entre nos deux institutions en Côte d’Ivoire. 
ii) les difficultés rencontrées quant à la mise en œuvre des différents Plans de Travail Annuel (PTA) et en particulier tout ce qui touche à :  
•  L’institutionnalisation par la formation du personnel desdites maternités sur les normes et standards en matière de Soins Obstétricaux Néonataux d’Urgence (SONU). Seuls 17 agents de santé ont pu bénéficier d’une formation en 10 ans de collaboration et ;
•  La fourniture en matériels et équipements essentiels desdites maternités (kits d’accouchement et de césarienne, tables de consultation, tables d’accouchement, tensiomètres, etc.) tels que définit dans le partenariat initial et que nous avons du mal à obtenir alors que leurs matériels deviennent obsolètes. 
iii) la volonté de la FATOM de voir ce partenariat, comme le traduit la visite de la délégation de l’UNFPA, se renforcer par :   
•  Des missions conjointes de suivi-évaluation ; 
• La prise en compte en Côte d’Ivoire des 12 maternités FATOM/UNFPA dans la cartographie sanitaire des maternités d’excellence afin de pouvoir bénéficier du backstopping institutionnel de l’UNFPA ; en contrepartie, la FATOM se chargeant pour sa part de maintenir les infrastructures dans un état de qualité égale.
En prenant la parole, Monsieur Caspar PEEK s’est réjoui de toutes les actions qui ont été menées ensemble au profit des plus vulnérables et a remercié la FATOM pour la confiance à l’endroit de son institution. Il a indiqué que l’UNFPA était en période de réflexion pour la formulation d’un nouveau programme et qu’il fallait saisir ce moment pour cibler davantage les populations sur lesquelles devront porter nos efforts les années à venir. À cet égard, nous avons convenu que les adolescent(e)s et les jeunes seraient des cibles privilégiées. 
Pour l’UNFPA, la diffusion de l’information, la communication et l’éducation en matière de population sont aussi des pistes intéressantes sur lesquelles leurs actions devraient s’orienter. 
Ainsi, les expériences menées par l’UNFPA en Côte d’Ivoire par le passé devraient être répertoriées afin d’en tirer les meilleures leçons. C’est le cas en particulier de celles avec les radios communautaires, du réseau des journalistes sur la population et le développement, etc.  
À cet effet, l’expérience de la radio de l’Institut des Sciences et Techniques de la Communication (ISTC), de même que celle de l’Asec Mimosas (Radio Jaune et Noire - RJN), financées respectivement par l’UNFPA et la FATOM (SN SOTICI), pourrait constituer un tremplin pour toucher les jeunes et les adolescents sur les questions se rapportant à nos mandats respectifs. 
La question des fistules a aussi été abordée. À cet effet, il revient à l’UNFPA de faire une proposition en vue de la réalisation d’un projet qui verrait la construction d’un centre sous-régional de formation des prestataires et de prise en charge des patientes atteintes de fistules obstétricales. Cette proposition une fois formulée serait soumise aux partenaires institutionnels qui œuvrent dans le secteur.
L’UNFPA s’est montrée également intéressée par la fréquentation des sites et portails informatique de la FATOM par le grand public. En effet, ce sont près de 1 700 000 visites que nous enregistrons sur nos sites : www.aniama.net, www.akwaba.fatom.org, www.fatom.org.
RECOMMANDATIONS
 Au sortir de cette rencontre, des propositions ont été faites pour renforcer notre partenariat : 
• Actualiser le Plan de Travail pour l’année en cours et anticipée sur 2020 dans la dynamique de la réalisation du prochain programme-pays de l’UNFPA ;
• Intégrer, autant que faire se peut, les 12 maternités dans la cartographie sanitaire des maternités d’excellence lors des discussions de l’UNFPA avec ses partenaires du Gouvernement, de la Banque Mondiale, etc. ;
• Conduire annuellement deux missions conjointes de suivi-évaluation des structures sanitaires pupilles afin d’évaluer : le bon état des infrastructures, les besoins (en formation, en matériels/équipements essentiels) et surtout, mesurer les indicateurs d’impact sur : les niveaux de mortalité maternelle, néonatale et, l’accès aux services de SONU ;
• Designer les points focaux de la collaboration UNFPA/FATOM pour faciliter le partenariat entre nos deux institutions et la mise en œuvre des différents PTA ;
•  Organiser une réunion annuelle pour évaluer la mise en œuvre du PTA ;
•  Faire des sites et portails informatiques de la FATOM, des relais d’information des activités de l’UNFPA ;
•  Faciliter la collaboration entre l’UNFPA et la RJN (radio de l’Asec Mimosas) pour une meilleure utilisation de leur radio ; 
• Poursuivre la collaboration en matière de financement de production d’ouvrages (carnets culturels, guides) promouvant le mandat et les missions de nos deux institutions.
• Inviter l’UNFPA à faire une proposition en vue de la réalisation d’un projet de construction d’un centre sous régional de formation des prestataires et de prise en charge des patientes atteintes de fistules obstétricales.
 

Fait à Abidjan 03 septembre 2019

Source : Fondation ATEF OMAÏS