Blog Fatom

La Fatom a procédé à la signature de deux protocoles d’accord, respectivement avec la MUDESKO et la MURT

Article Blog Fatom  |  Posté le : 23 Juillet 2019 à 09:17:34  |   Pays : Côte d'Ivoire     

​La fondation ATEF OMAÏS (FATOM) a procédé les 16 et 17 juillet 2019, en présence de M. Ramzi OMAÏS (Secrétaire Général), à la signature de deux protocoles d’accord qui ouvrent la voie à la réalisation de projets de développement humain durable dans les domaines de la santé et de l’éducation au profit des populations vulnérables.

Le premier protocole a été signé avec la Mutuelle de Développement Économique et Social de Kongodia (MUDESKO) le mardi 16 juillet 2019, dans le cadre d’un projet de construction d’une maternité et d’une maison pour la sage-femme de ce village. Ce projet sera réalisé au bénéfice des populations de Kongodia et des villages environnants (N’Djorékro, N’Dakouassikro et les quelques campements situés aux alentours de ladite localité). Réduire à zéro, le taux de mortalité maternelle, néonatale et le nombre d’accouchement à domicile à Kongodia, sont les objectifs de cette démarche qui touchent 3 500 habitants dont 945 femmes en âge de procréer.

Le second protocole, signé avec la Mutuelle des Ressortissants de Tounzuébo (MURT) le mercredi 17 juillet 2019, concerne le projet de réhabilitation de l’école primaire de 06 salles de classe et de 02 blocs toilettes (02 WC pour le personnel, 06 latrines turques pour les élèves) au groupe scolaire Tounzuébo. Cette synergie, a pour objectifs de : i) promouvoir l’école pour tous et obligatoire de 06 à 16 ans, initiative de l’État de Côte d’Ivoire ; ii) favoriser l’accès à l’éducation de tous les enfants issus de ce village, notamment les jeunes filles et ; iii) améliorer le cadre d’apprentissage et d’enseignement dans ledit village.

À travers ces deux protocoles d’accord, la FATOM s’engage à fournir les matériels de construction à savoir: le ciment, les tôles pour la couverture, la peinture, le plafonnage en pvc, la charpente en bois, la plomberie et les carreaux sur la base des quantitatifs proposés et validés par les différentes parties. Les mutuelles quant à elles, prendront en charge la main-d’oeuvre.

Source : Fondation ATEF OMAÏS