Société

Présidentielle 2020: le Conseil constitutionnel informe les acteurs sur le mode opératoire de contrôle

Article Société  |  Posté le : 20 Aot 2020 à 11:12:19  |   Pays : Côte d'Ivoire     

​Réussir le pari d’un scrutin estampillé du sceau de la transparence, tel est l’enjeu qui a motivé l’organisation d’un séminaire de préparation de l’élection présidentielle par le Conseil constitutionnel qui s’est ouvert ce mercredi 19 août 2020 à Grand-Bassam. 
Pour le président du Conseil constitutionnel, Mamadou Koné, et conformément à l’article 126 de la Constitution ivoirienne qui fait de l’institution qu’il dirige, le " juge du contrôle de l’élection présidentielle et élections parlementaires", il était impérieux de mettre au même niveau de compréhension tous les membres et acteurs de ces élections du mode opératoire du contrôle. ’’ le mode opératoire conçu par le Conseil constitutionnel, objet dudit séminaire identifie d’abord les tâches à exécuter, décline ensuite le procédé, la manière ou le déroulement de son exécution et, enfin, détermine les acteurs chargés de l’exécution desdites tâches" a expliqué Mamadou Koné.
Dans la perspective de l’élection présidentielle à venir à en croire le haut responsable, " le mode opératoire a pour objet de mettre en place, un outil simplifié, permettant au Conseil constitutionnel d’exécuter ses tâches avec plus de célérité et d’efficacité".
À deux mois et demi de l’échéance électorale présidentielle en Côte d’Ivoire, cette rencontre de renforcement de capacités connaîtra dans son déroulement plusieurs temps forts. Il s’agira d’aborder notamment des thématiques autour du cadre juridique de la mission du Conseil constitutionnel en matière d’élection du président de la République ; du parrainage des candidatures à l’élection présidentielle ; des tâches à exécuter avant, pendant et après le déroulement du scrutin, y compris la gestion des incidents électoraux ; l’adoption de l’avant-projet de mode opératoire du Conseil constitutionnel en matière d’élection présidentielle...

La présidente du Comité scientifique, Jacqueline Lohoues-Oble, a dans son propos introductif, formulé des questionnements et observations susceptibles d’enrichir les discussions durant ces deux (2) jours de réflexions dans la cité balnéaire.

Source : abidjan.net