Société

Identification : la Côte d’ivoire veut mettre fin à l’insuffisance de son système d’état civil

Article Société  |  Posté le : 06 Dcembre 2018 à 08:30:48  |   Pays : Côte d'Ivoire     

​La Côte d’Ivoire a décidé de rehausser le niveau de son système national d’enregistrement des faits d’état civil déclaré comme « faible » au terme de l’évaluation de l’état civil par l’approche CRVS, a indiqué, mercredi 5 décembre 2018, le Directeur Général de l’Office National d’Identification (ONI), Diakalidia Konaté, face à la presse.

Dans une présentation, il a démontré que l’insuffisance du système d’état civil ivoirien s’explique par plusieurs raisons. D’abord un faible taux de déclaration de naissances ; seulement 45% des enfants de moins de 5 ans ne sont pas déclarés, la prééminence des mécanismes dérogatoires ; 54% des naissances enregistrées de 2012 à 2014 ont été déclarées grâce à des mécanismes dérogatoires (loi spéciale, jugements supplétifs).

Ensuite, comme autres freins, il y a le système permissif favorisant les actes illégaux, l’insuffisance du cadre juridique, la faiblesse de l’infrastructure et le manque de ressources, une gouvernance, une coordination et une organisation inadaptées à la pluralité des parties prenantes impliquées et plusieurs bases de données sectorielles d’état civil.

Le pays compte également 475 Sous-préfecture, 201 Maires et 50 Consulats dont les données d’état civil ne sont pas centralisées.

« Face à ce constat alarmant, le Gouvernement ivoirien a décidé de mettre en place un système d’état civil fiable, sécurisé et statistiquement utile sur l’ensemble du territoire national à travers l’adoption de la stratégie nationale de l’état civil et de l’identification (SNECI) » a indiqué le Directeur Général.

A terme, la mise en œuvre de la SNECI devrait permettre, selon lui, de créer un système d’état civil moderne et sécurisé, de constituer un fichier central de données biographiques et biométriques des individus, d’attribuer à chaque citoyen ou résident un Numéro National d’Identification (NNI) unique.

Il s’agira également de produire et délivrer, en tout lieu, des titres sécurisés à la population, faciliter l’accès aux services publics, lutter contre la fraude sur l’identité, faciliter les échanges intra-administrations, améliorer l’efficacité des services publics et contribuer à la mise en place des outils statistiques performants permettant la prise de décisions et la mise en œuvre de stratégies nationales et locales pertinentes et adaptées.

« La mise en œuvre de la stratégie de l’état civil et l’identification (2017-2027) est estimée à 460 751 038 890 francs CFA » a révélé M. Konaté, précisant des intentions de financement de la part d’institutions internationales dont la Banque mondiale, la BAD, l’Union Européenne,etc.

Au cours de la rencontre, le premier responsable de l’ONI a également annoncé que « de nouvelles Cartes nationales d’identités (CNI) ivoiriennes au format CEDEAO devraient être délivrées à la fin du premier semestre 2019.»

« Les dispositions sont prises et je pense que si tout va bien, à la fin du premier semestre de l’année 2019, les premières cartes renouvelées seront délivrées aux Ivoiriens », a-t-il assuré.  

Le Comité de pilotage de ce projet, présidé par le Premier ministre, « est à pied d’œuvre pour mettre en place le nouveau système qui va générer les nouvelles cartes nationales d’identité au format CEDEAO et avec le numéro national d’identification (NNI)».  

Il a par ailleurs rassuré que le renouvellement des cartes nationales d’identité est « sans préjudice de la prise en compte des nouveaux majeurs dans le nouveau système et s’inscrit dans le cadre de la politique d’identification de l’Etat ivoirien prévue dans les dix prochaines années.»

Source : abidjan.net